L’Appel des pécheurs!

« Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs » (Mc 2, 13-17)

Comment résister à l’appel de Jésus quand nous savons qu’Il est venu dans ce monde pour pardonner les péchés? …

En nous mentant à nous-mêmes. …

En nous faisant croire, par exemple, que nous sommes sans péchés ou pire que nos péchés sont nécessaires pour notre survie dans ce monde. Ne dit-on pas que toute vérité n’est pas bonne à dire? …

Or ceux qui se mentent à eux-mêmes, comment peuvent-ils nouer une véritable relation avec Dieu et avec leur prochain? …

Car le mensonge avec soi-même commence toujours par l’abandon de la Foi en Dieu qui nous habite. Dieu est Vérité! Dieu est Présent, le Présent! Dieu nous laisse libre de croire ou ne pas croire en Lui. Mais ceux qui ne croient pas en Dieu deviennent les proies du Mensonge! Et le Mensonge les rend pécheurs! …

Mais Dieu ne nous abandonne pas. Il nous a donné son Fils pour nous appeler, nous tous, qui sommes pécheurs. …

Mais si nous nous mentons à nous-mêmes, comment entendre son appel? …

Décider de ne plus se mentir, donc de ne plus mentir à personne, est la voix intérieure qui nous met à l’écoute de la Rédemption! …

Pour cela il nous faut déraciner l’égo qui a envahi le jardin de notre âme. Car l’égo peut nous conduire à maîtriser ce monde, mais cela se fera toujours au détriment de notre âme! A quoi sert de gagner le monde si c’est pour y perdre son âme? …

Exerçons notre oreille interne à l’écoute de l’appel des pêcheurs. Alors nous pourrons entrer en résistance contre le Mensonge qui domine notre monde. L’appel des pécheurs est le don de Dieu qui nous permet de résister aux tentations du Menteur! …

Méditons la Parole d’aujourd’hui:

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

« Voilà l’homme dont le Seigneur avait parlé ; c’est lui, Saül, qui exercera le pouvoir sur son peuple » (1 S 9, 1-4.10c.17-19 ; 10, 1)

Lecture du premier livre de Samuel

Il y avait dans la tribu de Benjamin
un homme appelé Kish.
C’était un homme de valeur.
    Il avait un fils appelé Saül, qui était jeune et beau.
Aucun fils d’Israël n’était plus beau que lui,
et il dépassait tout le monde de plus d’une tête.
    Les ânesses appartenant à Kish, père de Saül,
s’étaient égarées.
Kish dit à son fils Saül :
« Prends donc avec toi l’un des serviteurs,
et pars à la recherche des ânesses. »
    Ils traversèrent la montagne d’Éphraïm,
ils traversèrent le pays de Shalisha sans les trouver ;
ils traversèrent le pays de Shaalim : elles n’y étaient pas ;
ils traversèrent le pays de Benjamin sans les trouver.
Alors ils allèrent à la ville où se trouvait l’homme de Dieu.

    Quand Samuel aperçut Saül, le Seigneur l’avertit :
« Voilà l’homme dont je t’ai parlé ;
c’est lui qui exercera le pouvoir sur mon peuple. »
    Saül aborda Samuel à l’entrée de la ville et lui dit :
« Indique-moi, je t’en prie, où est la maison du voyant. »
    Samuel répondit à Saül :
« C’est moi le voyant.
Monte devant moi au lieu sacré.
Vous mangerez aujourd’hui avec moi.
Demain matin, je te laisserai partir
et je te renseignerai sur tout ce qui te préoccupe. »
    Le lendemain, Samuel prit la fiole d’huile
et la répandit sur la tête de Saül ;
puis il l’embrassa et lui dit :
« N’est-ce pas le Seigneur
qui te donne l’onction comme chef sur son héritage ? »

            – Parole du Seigneur.

PSAUME

(Ps 20 (21), 2-3, 4-5, 6-7)

R/ Seigneur, le roi se réjouit de ta force. (Ps 20, 2a)

Seigneur, le roi se réjouit de ta force ;
quelle allégresse lui donne ta victoire !
Tu as répondu au désir de son cœur,
tu n’as pas rejeté le souhait de ses lèvres.

Tu lui destines bénédictions et bienfaits,
tu mets sur sa tête une couronne d’or.
La vie qu’il t’a demandée, tu la lui donnes,
de longs jours, des années sans fin.

Par ta victoire, grandit son éclat :
tu le revêts de splendeur et de gloire.
Tu mets en lui ta bénédiction pour toujours :
ta présence l’emplit de joie !

ÉVANGILE

« Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs » (Mc 2, 13-17)

Alléluia. Alléluia. 
Le Seigneur m’a envoyé
porter la Bonne Nouvelle aux pauvres,
annoncer aux captifs leur libération.
Alléluia. (Lc 4, 18)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    Jésus sortit de nouveau le long de la mer ;
toute la foule venait à lui,
et il les enseignait.
    En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée,
assis au bureau des impôts.
Il lui dit :
« Suis-moi. »
L’homme se leva et le suivit.
    Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi,
beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts)
et beaucoup de pécheurs
vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples,
car ils étaient nombreux à le suivre.
    Les scribes du groupe des pharisiens,
voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains,
disaient à ses disciples :
« Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! »
    Jésus, qui avait entendu, leur déclara :
« Ce ne sont pas les gens bien portants
qui ont besoin du médecin,
mais les malades.
Je ne suis pas venu appeler des justes,
mais des pécheurs. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :